CPAM de Loir et Cher (28), CPAM de l'Eure et Loir (41), CPAM du Loiret (45)

Page suivante

 

Données Epidémiologiques sur le Syndrome d'Insulino-Résistance

 

Contexte et présentation de l'étude

 

    En 1988, Gerald Reaven présentait devant l’American Diabetes Association le concept de «syndrome X» associant insulino-resistance, hyperglycémie, hyperinsulinisme, hypertension, baisse du HDL-C et élévation des triglycérides. Depuis cette date, sous divers noms : syndrome pluri métabolique, dysmétabolique, métabolique ou encore syndrome d’insulino résistance, le concept a gagné ses galons de star des media médicaux.

   Dès 1990, l'équipe scientifique de l'IRSA (Institut inter Régional pour la Santé) se propose d'intégrer le dosage de l'hémoglobine A1c et les paramètres du syndrome X dans une étude longitudinale sur le diabète de type 2 et le risque cardio-vasculaire.


   En 1993, " l'IRSA et l'équipe de l'INSERM U21" dirigée par Eveline Eschwège présentent les bases de " l'Etude Prospective Ligérienne", référence à " l'Etude Prospective Parisienne" d'une part, à la population cible envisagée, entre Tours et Angers, d'autre part.

Le projet est bientôt :

partagé avec l'équipe de diabétologie du CHU d'Angers fédérée par Michel Marre qui a, depuis, quitté Angers pour le CHU Bichat à Paris,

étendu aux 7 Centres d’Examens de Santé (CES) de l’IRSA (Alençon, Angers, Caen, Châteauroux, Cholet, La Riche, Le Mans) puis aux 3 CES des CPAM de Blois, Chartres et Orléans, ces 10 CES constituant alors le réseau 9 de CES.

enfin aux médecins généralistes de la région par l'intermédiaire de l'Institut de Recherche en Médecine Générale (IRMG).

Le protocole est présenté à la CNAMTS (Pr Hubert Allemand). Le premier financement a été un contrat CNAMTS/INSERM :BRN 94019.

L’INSERM accepte d’être promoteur du projet.

La charte de l’Etude Prospective Ligérienne est signée en juin 1993 par :

IRSA
INSERM
CHU Angers
IRMG
Jean Tichet
Eveline Eschwège
Michel Marre
Joel Cogneau
Emile Cacès
Beverley Balkau
Andrée Girault
Sylviane Vol

    En raison de l’extension aux CES de Normandie, la référence à la Loire est abandonnée.
L’étude devient l’étude prospective D.E.S.I.R. (Données Epidémiologiques sur le Syndrome d’Insulino-Résistance) et débute à l’été 1994.

Décrire et comprendre les relations entre les éléments du syndrome et leur évolution, selon l'âge et le sexe.

Rechercher les facteurs de risque de l'insulino-résistance, plus particulièrement ceux liés à l'environnement, au mode de vie et des marqueurs génétiques.

Quantifier les liens entre le syndrome les affections cardiovasculaires et le diabète.

Evaluer l'importance du syndrome en terme de Santé Publique.

    La phase de recueil actif des données auprès des consultants s’est terminée en décembre 2004.

   Un protocole additionnel l’a prolongée jusqu’en mars 2005. L’objet en était de faire le bilan de la microangiopathie chez les consultants devenus diabétiques au cours de l’étude en comparaison avec deux groupes de témoins appariés, normoglycémiques et hyperglycémiques. Une équipe médicale itinérante spécialement entraînée a tourné trois mois dans les 10 CES pour effectuer l'investigation de la microangiopathie : néphrologique, ophtalmologique (avec rétinographie non mydriatique numérisée), et neurologique (périphérique et cardiaque autonome).

   La biothèque (sérum, plasma, urine, ADN) partagée entre les Centres de Ressources Biologiques de Tours et de Bichat, permettra encore de nombreuses investigations étalées dans le temps.
   Par ailleurs, le suivi de « évènements » de mortalité restera actif.
La bibliographie D.E.S.I.R prend de la consistance; de nouveaux partenaires scientifiques frappent à la porte de D.E.S.I.R pour étudier la cohorte dans leurs disciplines respectives.